E

En 1982, je découvre l’existence de Camille Claudel dans un livre d’Anne Delbée, puis dans le dossier de Jacques Cassar qui développe la chronologie de la vie tragique de cette artiste.
Je décide alors de faire de son cas mon mémoire de maîtrise en psychologie.
Afin de parachever mon étude, afin aussi d’exorciser l’emprise de ce drame sur mon âme, je réalise en 1987 un Hommage à Camille composé de 25 huiles passionnées.
La galerie Appia de Grenoble les expose en 1988. Sont conviés Reine-Marie Paris qui est la petite-nièce de Camille Claudel, et Jean-Hervé Donnard, critique et docteur ès lettres.
En décembre de la même année, pour la sortie du film Camille Claudel de Bruno Nuytten, le cinéma Gaumont de Grenoble m’invite à exposer dans son hall sous le titre Hommage à Camille Claudel.